Générales
  UMNT
  6000D
  6000D
  UTMB
  6666
  Gap
  Ubaye
  Ubaye
  6000D
  6000D
  Zegama
  6666
  Zegama
  TDS
  6000D
  6000 D
  Ubaye
  
  TNF
  Millau
  live
  
  News
  UTMB®
  6000D
  
  WS100
L'actu marques
  Fitsip
Les actus Trail
Organisations
  
  GRP
   Trail des Passerelles du Monteynard
17/07/2017

Il s’est très vite affirmé comme l’un des rendez-vous majeurs du calendrier, passant de ses 800 participants originels à 2 000 concurrents en seulement trois éditions. Cette année, pour son sixième anniversaire, le Trail des Passerelles du Monteynard a définitivement confirmé son statut de grande épreuve en réunissant 5 153 coureurs. Ce plébiscite ne s’est pas seulement exprimé en matière d’inscriptions – toutes les courses affichaient complet plusieurs mois avant l’événement ! – puisqu’il s’est également incarné dans les sourires qui n’ont eu de cesse d’illuminer les pelotons tout au long de la semaine.

Un KV inaugural et une nouvelle épreuve : le 3e Poste

Les réjouissances ont commencé dès mardi 11 juillet avec le kilomètre vertical reliant le village de Mayres à l’alpage du Sénépi (3,4 km et 1 000 m D+). L’Ardéchois Joris Kiredjian s’imposait en 42’24’’, établissant le nouveau record de l’épreuve, tandis que Jessica Bissay l’emportait en 56’10’’.

Le lendemain, la nouvelle épreuve semi-nocturne baptisée « Le 3ème Poste » célébrait le vingtième anniversaire de la fermeture des mines en Matheysine. Atypique et résolument patrimonial, le parcours de 16 km et 670 m D+ menait les coureurs de puits en puits entre Prunières, Susville et La Motte d’Aveillans. Impérial, le Grenoblois Mathis Lenas devançait largement ses dauphins en bouclant l’itinéraire en 1h26’30’’. Sa cosociétaire Laura Ruel, elle aussi licenciée à l’Entente Athlétique de Grenoble, remportait la victoire féminine en 1h48’20’’. Au-delà des performances sportives, c’est indéniablement l’ambiance chaleureuse et profondément humaine qui a marqué cette épreuve originale. La mobilisation des villages traversés ainsi que l’implication des anciens mineurs et de leurs proches­ a permis de créer une atmosphère festive et émouvante à la fois. Sur le parvis d’arrivée, au musée Mine Image, les yeux brillaient et les concurrents avaient bien du mal à quitter les lieux !

Un week-end de folie

Dès vendred 14 juillet, le site de course de Treffort fourmillait : le retrait des dossards allait bon train tandis que le salon d’exposants et le marché de producteurs locaux attiraient le public. En fin de journée, les mini-trails réservés aux enfants rassemblaient plus de 100 paires de mini-gambettes, copieusement encouragées par un public nombreux et déchaîné.

Samedi, deux épreuves figuraient au programme avec, le matin, le Trail de l’Ebron (15 km et 600 m D+) et, l’après-midi, le Trail de Côte Rouge (23 km et 1 150 m D+). Répartis en deux vagues, les 1 000 concurrents du Trail de l’Ebron voyaient triompher Julien Passelaigue en 1h07’21’’ et Clarisse Gahery en 1h26’16’’. Fidèle à son habitude, la course se caractérisait par une participation féminine remarquable puisqu’elle représentait 53 % du peloton !

Quelques heures plus tard, une femme allait s’illustrer sur le Trail de Côte Rouge en se classant 7e au scratch (sur 1 200 inscrits), seulement 6 minutes derrière le vainqueur, Cédric Jacquet (2h03’20’’) : Amandine Ferrato, vice-championne du monde de trail 2017, honorait en effet le TPM de sa présence et confirmait son statut international. « J’ai encore les Mondiaux dans les jambes, mais je suis vraiment contente : le parcours était très varié, j’y ai retrouvé des ambiances de plusieurs courses. Et puis le passage dans le village était incroyable avec ce public chaleureux », confiait-elle à l’arrivée, évoquant l’animation qui règne chaque année dans les rues de Monestier-de-Clermont, tout entier mobilisé autour du TPM.

Dimanche, dès 5h30 du matin, La Mure se réveillait au son de la musique et de la voix du speaker qui libéraient les 650 coureurs de la Grande Course (65 km et 3 500 m D+) en solo et en relais à trois. Se détachant rapidement, le jeune et prometteur Arthur Joyeux-Bouillon allait caracoler en tête tout au long de l’itinéraire émaillé de points remarquables : la Pierre Percée, la galerie de la Mine Image, le chemin de fer de La Mure, l’alpage du Sénépi et les deux passerelles himalayennes ponctuaient un itinéraire exigeant, dont la difficulté était renforcée par la chaleur. Il franchissait la ligne d’arrivée, à Treffort, après 6h57’18’’ d’effort. Côté féminin, Gaëlle Bavière grignotait ses adversaires au fur et à mesure des kilomètres jusqu’à s’imposer en 9h08’58’’.

L’épreuve la plus galvaudée était cependant le Trail des Passerelles avec ses 39 km et 2 000 m D+. 1 300 concurrents prenaient le départ en deux vagues pour un parcours empruntant à deux reprises les passerelles et s’élevant jusqu’au redoutable Sénépi. Nicolas-Marie Daru l’emportait en 3h42’31’’ et Maïté Lecouty en 4h23’34’’.

Tout au long de la semaine, la convivialité et le partage ont marqué les esprits et les cœurs sur cette sixième édition du TPM. Profondément populaire et fédérateur, l’événement a de nouveau fait preuve de sa force unificatrice : union des territoires puisqu’il rassemble Trièves et Matheysine, mais aussi union des générations et des genres avec des épreuves pour toutes et tous. Le parrain de la manifestation depuis sa première édition, vice-champion du monde de trail 2016 et enfant du pays, Nicolas Martin, concluait cette semaine riche en émotions : « Je suis très fier d’être parrain de cet événement qui permet de valoriser la beauté de deux territoires. Je suis né ici, j’ai couru ici pendant des milliers d’heures à l’entraînement, je connais très bien les sentiers, alors je sais depuis longtemps que le potentiel de ce lieu est énorme. Je suis heureux qu’il accède à une certaine reconnaissance grâce au TPM. »




X
NEWSLETTER :