Générales
  UTMB
  UMNT
  6000D
  6000D
  UTMB
  6666
  Gap
  Ubaye
  Ubaye
  6000D
  6000D
  Zegama
  6666
  Zegama
  TDS
  6000D
  6000 D
  Ubaye
  
  TNF
  Millau
  live
  
  News
  UTMB®
  6000D
  
  WS100
L'actu marques
  Fitsip
Les actus Trail
Organisations
  
  GRP
   Face to Face Sylvain Couchaud
28/02/2013

Rencontre avec Sylvain Couchaud, membre du Team New Balance ...

URW : Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
J'ai 28 ans et j'ai intégré le Team New Balance depuis 3 ans. Il y a 4 ans et demi, j'ai mis mon premier dossard. Avant je faisais de l'enduro. J'ai toujours couru pour le plaisir dans les bois. Cela faisait partie de ma préparation pour les enduros. Dans ma jeunesse, j'ai aussi participé aux Championnats de France de cross.

URW : En fin d'année 2012, tu avais dû déclarer forfait à la Transmartinique à cause d'une coqueluche. Comment vas-tu actuellement ?
J'ai été malade à partir d'octobre ce qui m'a empêché de prendre le départ des Templiers et de la Transmartinique. A partir de décembre, j'ai pu reprendre le chemin de l'entraînement et faire une préparation pour les cross en vue de prendre de la vitesse. Actuellement, j'ai encore quelques restes de la maladie mais qui ne m'empêchent pas de m'entraîner.

URW : Peux-tu nous faire un bilan 2012 ? Tes performances ont-elles été à la hauteur de tes ambitions ?
L'année 2012 s'est pas bien passée du tout. C'est une année que je ne retiendrai pas dans ma carrière d'ultratrailer. J'ai été à la 6666 pour défendre mon titre. Sur cet ultra, j'ai eu de grosses contractures qui m'ont obligé à abandonner au 60ème kilomètre. Deux semaines après, j'ai participé à l'ultra des Aravis où j'ai fini deuxième. C'est la seule performance qui est à retenir de l'année. En août, j'ai participé à l'UTMB. Avec le changement de parcours, j'ai eu du mal à me remobiliser et j'ai fini parce qu'il fallait le finir. J'ai fini 38ème ce qui était loin de l'objectif que je m'étais fixé. Et ensuite, j'ai attrapé la coqueluche m'obligeant à déclarer forfait pour les Templiers ainsi que pour la Transmartinique.

URW : Que penses-tu de la venue des primes dans le trail ?
Je suis pour la venue des primes dans le trail pour nous récompenser de tous les sacrifices que l'on fait tout au long de l'année avec les entraînements, concilier la vie de famille. Je ne pense pas que cela va défavoriser le trail populaire. Cela va peut être amener plus de dopage mais déjà sans les primes, des coureurs se dopent pour une place. Il faut juste être honnête avec soi-même.

URW : Quel est ton planning pour cette année ?
En mars, je serais sur le Trail de Sainte Beaume et sur le Trail de Mirmande. En mai, je vais participer à la Transvulcania qui sera mon premier objectif de l'année. Fin juin, je ferai les 80 km de Chamonix. Fin Juillet, je serai aux Championnat d'Europe de Skyrunning en Italie dans les Dolomites. En septembre, je ferai peut-être l'ultra du Sancy ou un autre trail de 80 km qui me servira de préparation pour mes objectifs de fin de saison qui seront la Diagonale des Fous et la Transmartinique.

URW : Peux-tu nous donner le planning d'une semaine type d'entraînement ?
Je m'entraîne six jours sur sept pour une durée de 10 à 15 heures par semaine. Lors de mes gros mois d’entraînements comme en avril où je ne vais pas faire de compétition, je vais faire un peu plus de 150 kilomètres par semaine.

URW : Tu es plutôt orienté ultratrail, pourquoi tu t'es dirigé vers l'ultra plutôt que vers des distances plus courtes ?
Quand j'ai commencé à courir, j'avais comme but de faire des ultras mais je serai incapable de vous en donner la raison précise. Je n'avais pas conscience que les ultratraileurs avaient une reconnaissance, une admiration des traileurs. J'ai participé à mon premier ultra (ultra de La Plagne) après seulement six mois de pratique du trail. J'ai fini deuxième lors de cet ultra. Je prends beaucoup plus de plaisir à courir longtemps que sur des trails où il faut courir plus vite.

URW : Que penses-tu de l'organisation d'un championnat de France ? Y seras-tu ?
Ce championnat de France ne fait pas partie de mes objectifs mais je pense que c'est une bonne chose pour le développement du trail et son avenir. La Fédération a essayé cette année d'écouter ce que les coureurs lui ont proposé et d'organiser ce championnat en s'inspirant ce qui se passe dans les courses de montagne.

URW : Que penses-tu de la sur-médiatisation de certains trails ?
Je pense que c'est une bonne chose. Cela permet une reconnaissance aussi bien pour les marques qui sont partenaires des grandes épreuves de trail, pour les teams que pour les organisateurs de ces événements. Plus notre discipline sera médiatisée, plus on aura une reconnaissance du grand public. Il y a tellement de courses nature chaque week-end qu'on ne peut pas toutes les médiatiser. Mais certaines épreuves mériteraient plus de reconnaissance de la part des médias.

URW : Quels conseils donnerais-tu à un coureur qui désire se lancer sur un ultra ?
Il faut surtout s'écouter et que cela soit une envie de faire un ultra. Il ne faut pas se forcer et surtout rechercher une reconnaissance des autres afin de dire "j'ai fait un ultra". C'est très dur moralement et physiquement. Il faut bien évidemment avoir l’entraînement adéquat mais pas seulement. Il faut aussi se préparer mentalement afin d'aller rechercher les forces nécessaires de continuer lorsqu'on sera en difficulté. Il ne faut pas écouter les autres. Il faut se faire confiance à soi-même et croire à ses capacités.

URW : Quel sportif admires tu et pourquoi ?
U
sain Bolt pour ses performances et le travail qu'il doit fournir pour en arriver là. J'ai lu quelques reportages sur ses entraînements où l'on voit qu'il va au bout de lui jusqu'à en vomir.

URW : Quels sont les trails ou ultra qui te font rêver et auxquels tu aimerais participer ? Pourquoi ?
Il y en a beaucoup qui me font envie mais surtout les ultras qu il y a aux Etats Unis comme par exemple la HardRock mais aussi la Diagonale des Fous que je vais faire cette année. Il y aussi de belles courses en Espagne. Et en France, les ultras qui sont reconnus afin de me confronter à l'élite. Je préfère faire dixième sur un ultra où il y a l'élite que d'aller gagner un ultra où il n'y pas des têtes d'affiche.

URW : Le plus beau souvenir 2012 ?
Au niveau sportif, cela a été compliqué. Je retiens ma deuxième place à l'ultra des Aravis malgré le fait que ce n'était un objectif. Au niveau personnel, cela a été de voir grandir ma fille.

URW : Le plus mauvais souvenir ?
L'année 2012 a été catastrophique dans quasi sa totalité avec ma coqueluche et un UTMB raccourci.

URW : Si tu pouvais changer quelque chose, cela serait quoi ? et pourquoi ?
Je voudrais gagner au loto et racheter le club de Saint-Etienne. Sinon je ne changerais rien, je m'adapte aux difficultés que je peux rencontrer dans la vie. Je ne me plains pas de ma vie, j'ai la chance de pouvoir faire du sport et d'avoir une maison, une femme et un enfant.

 




X
NEWSLETTER :